>> Les banques françaises alignent les bénéfices

Publié le par R.B, BR, ou RBBR selon l'état des Forces Réelles

La BNP Paribas et la Société générale viennent d'annoncer des bilans fortement en hausse.

Les actionnaires seront les premiers servis

 

BNP Paribas a annoncé ce jeudi matin un bénéfice net de 7,8 milliards d'euros en 2010, en hausse de 34% par rapport à 2009.

 

Hier, c'était la Société générale qui révélait en fanfare avoir concrétisé son rebond en 2010 avec un bénéfice net quasiment sextuplé, à 3,917 milliards d'euros.

 

La crise est décidément un lointain souvenir pour les banques françaises et pour leurs actionnaires.

 

Ceux de la BNP Paribas devraient toucher ainsi un dividende de 2,10 euros par action, soit un taux de distribution de 33,4%.

La direction ne sera sûrement pas oubliée non plus.

 

Le groupe bancaire explique son bon bilan 2010 par un environnement économique plus favorable, par le "succès" de l'intégration de la banque Fortis et par la diversification de ses activités.

La Société générale se vante elle d'avoir su baisser le coût des provisions pour impayés, maîtriser aussi ses coûts et stabiliser son portefeuille d'actifs pourris. Mais il faut aussi rappeler que la banque a récupéré 1,6 milliard d'euros sur les 4,9 milliards perdus en 2008 dans l'affaire Kerviel grâce à un dispositif fiscal. Elle utilise aussi à plein la "variable d'ajustement" du personnel, en lançant mi-2010 un plan de 900 suppressions de postes sur trois ans.

 

Et à y regarder de plus près, c'est sa filiale finance et investissement (BFI) qui a retrouvé des couleurs (+160%). Le signe que la spéculation est repartie de plus bel et qu'elle est à nouveau très profitable. Le Wall Street journal a révélé il y a dix jours que les bonus et les rémunérations versées aux traders et aux patrons de banque atteignent de nouveaux records en ce début 2011.

 

A lire aussi: Les actionnaires d'EDF bien servis

Commenter cet article