>> quand le vendeur - d'un bien immobilier - a fixé son prix les agences se contentent de rajouter le pourcentage communément admis dans le secteur…

Publié le par R.B, BR, ou RBBR selon l'état des Forces Réelles

 Pas besoin d’entente sur les prix, Il faut revenir à des barèmes fixes pour les prestations d’administration et de gestion (”x” euros par quittance de loyer, “y” euros pour les suivis de travaux, etc.), mais également pour les cessions, car j’attends que quelqu’un m’explique en quoi le travail est différent quand on perçoit un loyer de 1 000 € ou de 10 000 € ou

quand on vend une maison de faible prix, ou un château…

 

Ces professions échappent totalement à un des fondements de nos lois, selon lequel “nul n’a le droit de s’enrichir sans cause” et plus grave dans leur cas, ils contribuent grandement à la baisse du pouvoir d’achat des Français et à leurs difficultés pour se loger.

 

Il faut donc, interdire toutes les formes de rémunération au pourcentage ou au résultat, pour tous les administrateurs de biens et intermédiaires commerciaux immobiliers.

 

Sur l’enrichissement sans cause, malheureusement, ils ne sont pas les seuls, certaines prestations notariales facturées au pourcentage en font partie, les greffes, les huissiers, les mandataires de justice et toutes ces professions auxquels l’État a abandonné ses prérogatives au profit de charges privées, en créant des castes de privilégiés qui ne doivent pas à leur seul travail ou leurs seules compétences leur enrichissement ; tout ça au détriment d’une justice et de services publics égalitaires ; tout ça en privant toute une partie de la population de droits fondamentaux. [...]

 

http://alternatives-economiques.fr/blogs/parienty/2011/03/06/pourquoi-les-prix-immobiliers-augmentent-ils-encore/

Commenter cet article